Les croisières de luxe qui polluent le Pôle Nord 🚢

11 Jan 2022 | Dans l'actu | 0 commentaires

Le Crystal Sérénité, qui embarque près de 1.700 personnes à son bord, réalise une traversée inédite de l’Arctique. Un voyage (malheureusement) désormais réalisable à cause de la fonte des glaces.

Ce voyage inaugural d’un mois a suscité enthousiasme, mais également critiques de la part d’organisations environnementales.

Mais tout le monde ne voit pas ce voyage d’un bon œil. La société de croisières, prise à partie par les écologistes, est accusée de tirer profit de la destruction de la planète.

De son côté, l’une des responsables du Fonds mondial pour la nature (WWF) a reconnu que la compagnie de croisières avait pris des mesures pour limiter l’impact sur l’environnement. Elle n’utiliserait pas de mazout lourd et ne se délesterait pas des eaux usées au-delà de 12 miles nautiques des côtes (22 km).

Mais l’une des responsables de la WWF, Elena Agarkova, s’inquiète toutefois pour la sécurité et la protection de la vie sauvage et des populations indigènes.

« À l’heure actuelle, nous ne disposons pas de règlements adéquats pour réduire les risques sur la nature sauvage et sur les gens, pas plus que la capacité de réaction nécessaire en cas d’accident »

Elena Agarkova,

Responsable WWF

Un bateau de croisière de luxe construit pour réaliser un voyage de l’article est sympathique à faire, mais n’est pas correcte pour le bien de notre planète.

Quel est le problème avec cette croisière ?

Le problème souligné est que Le Crystal Serenity pollue énormément lors de son passage en Arctique. Lors de son passage, il rejette des gaz à effet de serre (GES). Ces gaz polluent toutes les eaux glaciales, ainsi que tous les êtres vivants y vivant.

Un autre problème subsiste. C’est l’aspect économique de cette  attraction, au demeurant très sélecte. Les passagers doivent payer une somme comprise entre 22.000 et 120.000 dollars pour réaliser cette croisière. Cela ne vous rappelle pas une célèbre histoire ? N’en déplaise à James Cameron ! 

Il reste néanmoins à déterminer le pourcentage de cette somme servant à compenser le mal fait à cet écosystème déjà si fragile…

Illustration du Crystal Serenity

Quel est l’impact d’une croisière ?

Des particules fines, dioxyde de carbone, oxyde d’azote, oxyde de soufre, dioxyde de soufre : voila le merveilleux cocktail déversé par les bateaux de croisière. Pas besoin de souligner que celui-ci est désastreux pour l’environnement.

Prenons un exemple simple : un Français mange en moyenne 35 kg de poisson par an. Ce même poisson vit dans l’océan qui aura été au préalable contaminé par le fameux cocktail de particules polluantes. Que pensez-vous du filet de Saumon Nordique sur son lit de dioxyde se soufre ?

Voici une vidéo qui explique de façon sommaire l’impact des croisières :

Existe-t-il une (des) solution(s) ?

Il n’existe pas de solutions parfaites, enfin si nous mettons de côté l’idée de ne pas faire de croisières en Arctique, ou de croisières tout court. L’idéal serait de consacrer une partie de l’énorme somme versée par les passagers au développement d’un bateau plus respectueux de l’environnement. La croisière devrait respecter un certain nombre de règles observées par les autorités compétentes. Ces règles auraient pour but de réguler l’activité des vacanciers, mais aussi de limiter les libertés que peuvent prendre les compagnies de tourismes. Pas d’accostage pour ne pas déranger la faune par exemple !

L’humanité doit réapprendre à laisser sa place à la nature. Il est normal pour l’Homme de vouloir contempler la beauté de la nature. Mais la contempler en prenant le risque de la détruire en vaut-il vraiment le cout ?

Crystal Serenity
Croisière de luxe en Arctique
Illustration du Crystal Serenity

Écriture et illustration par Charlotte Fleury – Bénévole 🍃

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *